kipra kongo [home]

Congo-Kinshasa | Congo RDC | Congo DRC | news | actualités | information | blog

2011.04.18

leave a comment »

La Revue de la Presse Congolaise de ce Lundi, 2011/04/18 | Par Congo Forum

Personne ne sera surpris par les sujets qui sont traités dans les journaux parus en RDC ce lundi. L’habituelle grosse tranche de  nouvelles concernant les élections est au rendez-vous, avec le Pasteur de la CENI, la crise au sein du Mouvement de Libération du Congo (MLC), des mouvements et inquiétudes au sein de l’UDPS. Le contentieux entre la RDC et la République du Congo, les élections à la tête du Gouvernorat du Kasaï Occidental, les retombées possible de l’affaire Gassan sont les autres sujets du jour.

Élections/CENI

Au moment où l’on tardait à installer la CENI parce que les candidats désignés par les partis politiques faisaient problème, nous avions fait remarquer que, curieusement, l’intention de JKKK, largement connue à l’avance, de désigner Daniel Ngoy Mulunda comme candidat à la présidence de la CENI, ne soulevait guère de vagues. C’était étrange, si l’on considère que l’intéressé est membre fondateur du PPRD, ami de JKK, animateur du PAREC, ONG dont la gestion, tant de l’argent que des armes « récupérées », ne semble pas être un modèle de transparence. Il est même un peu cousin de Kabila mais, là, les critiques deviennent parfois un peu illogiques car les sites et groupes de l’Internet congolais qui le lui reprochent sont souvent les mêmes qui contestent la filiation de « Kabila le Rwandais ». Tout cela ne retint, à l’époque, que peu l’attention.

Ngoy Mulunda s’est mis à l’œuvre avec énergie et espère, semble-t-il, arriver à organiser les élections dans un respect au moins approximatif des délais constitutionnels. Comme nous l’avons dit à maintes reprises, c’est là avant tout une question de volonté et de moyens. Parmi ces moyens, il y a les fameux « kits électoraux », autrement dit les ordinateurs Zetes. Le Congo n’est pas seul en Afrique à utiliser ce matériel. On l’utilise aussi au Togo. Le Pasteur s’y est donc rendu, avec l’intention d’emprunter aux Togolais 1000 de ces machines. Mais, ce faisant, il a aussi été chargé d’un message personnel de Kabila pour Faure Gnassingbe. Ce rôle de « facteur des postes » semble avoir été la goutte d’eau qui fait déborder le vase.

Voici par exemple ce qu’en dit Amba Wetshi sur Congoindépendant :  » Le silence de l’opposition surprend par son caractère assourdissant, commente un analyste. Qu’attendent les représentants des forces politiques et sociales pour disqualifier Mulunda Ngoy du fait de son inféodation au chef de l’Etat? La preuve est pourtant faite que le président de la Ceni est un partisan fanatique du président sortant et devient de ce fait une source potentielle de litiges électoraux. Qu’attend l’opposition pour exiger sa démission? ». « D’autre part, poursuit-il, l’autorité morale de la Majorité présidentielle (MP) n’est autre que le premier magistrat du pays, censé jouer le rôle d’arbitre pour la bonne marche de l’Etat. Il y a de la matière à dénoncer pour incompatibilité.  »

MLC

« Bras de fer au Mlc : Bemba chasse François Muamba ». De sa cellule de La Haye, le chairman a signé un document mettant fin au mandat de son Sg, annonce AfricaNews.

« Tollé général au parti où la majorité des fondateurs  boudent la décision alors que Busa accusait déjà Muamba  de jouer le jeu ces parlementaires frondeurs », ajoute ce journal.

Toujours au sujet de cette crise au sein du Mlc, Le Palmarès titre : « François Muamba en opposition avec Bemba ». Un groupe de fondateurs du parti est décidé de tout mettre en œuvre pour faire sauter le Secrétaire général de son poste écrit pour ce part ce journal qui ajoute : « On est allé jusqu’à traiter François Muamba de taupe au service du pouvoir. Son crime est d’avoir mis en doute l’opportunité de la candidature de Bemba à la présidentielle. Mais le plus inquiétant, c’est que Jean – Pierre Bemba lui-même semble opérer derrière un camp ».

Pour ce journal, « Tant que l’on en reste à cet état de pourrissement, il ne fait l’ombre d’aucun doute que c’est le président national du Mlc qui s’est engagé à régler des comptes aux siens, mais par personnes interposée.  Dans ce cas, François n’a pas à beaucoup espérer quant à l’issue du bras de fer qui l’oppose à ses pairs ».

UDPS

La Prospérité titre: « Alexis Mutanda et plusieurs cadres nommés à l’UDPS ! ». Selon ce journal, le leader maximo a pris une série de décisions le week-end dernier. La plus importante est vraisemblablement celle de la mise en place d’un Bureau Central pour la campagne électorale de l’UDPS en RD-Congo et dont le coordonnateur principal désigné n’est autre que M. Alexis Mutanda Ngoy. Ce dernier, précise la décision portant création du Bureau Central pour la campagne électorale, constituera son équipe en concertation avec le candidat présidentiel du parti. Structure non statutaire, ce Bureau Central a reçu mission de gérer les campagnes électorales de tous les candidats Udps aux élections à tous les niveaux. Objectif affiché, porter Etienne Tshisekedi à la magistrature suprême et lui assurer d’une majorité confortable afin d’avoir le contrôle du Gouvernement, lit-on dans les colonnes de La Prospérité.

(Une autre question fréquemment posée au sujet de l’UDPS est ce qui va se passer le dimanche 24, du fait de la concordance des meetings de l’UDPS et du PPRD. Cette angoisse tient  la disposition des lieux. La salle Ste Thérèse, où se tiendra l’événement du PPRD, se trouve sur le trajet que de nombreux militants de l’UDPS, venus de communes avoisinantes où ce parti compte de nombreux partisans, vont devoir emprunter pour gagner le stade Tata Raphaël. On va donc se trouver dans une situation où, en pratique, deux cortèges rivaux vont devoir se croiser. Que va-t-il se passer et, en particulier, comment la police réagira-t-elle lors d’incidents qui sont presque inévitables ? NdlR).

Kin/Brazza

En ce qui concerne le contentieux entre la Rdc et la République du Congo, « Kinshasa – Brazzaville : le flou persiste », constate Le Potentiel.

A quel jeu jouerait les deux capitales les plus rapprochées du monde ? Alors que la visite de deux heures et demie rendu vendredi à Kinshasa par Denis Sassou Nguesso à son homologue Joseph Kabila a été donnée pour une avancée dans la décrispation, des sources diplomatiques de deux côtés du fleuve Congo indiquent que, malgré le communiqué final qui a sanctionné le tête-à-tête, un flou persiste quant à l’aplanissement réel de différends qui divisent les deux voisins, note ce journal. Sur un ton laconique, ce document signé par les deux ministres des Affaires étrangères note ce qui suit : « Dans le cadre des relations fraternelles et de bon voisinage, les deux chefs d’Etat ont débattu, en tête-à-tête, des sujets d’intérêt commun, y compris les problèmes de sécurité, les questions de coopération et d’assistance mutuelle et le renforcement des liens sécuritaires ».

S’intéressant également à ce sujet, Uhuru titre : « Sassou- Kabila : l’impasse persiste ». Plutôt que de venir, voir et vivre, le Président congolais Denis Sassou N’Guesso très attendu le week-end dernier à Kinshasa est venu entendre. Entendre des autorités rdcongolaises les récriminations qu’elles ont faites, et jusque par médias interposés, ce qui a justifié le rappel de l’Ambassadeur de notre pays en République du Congo, soutient Uhuru.

Si  la langue de bois caractéristique des diplomates permet de savoir, à entendre le ministre de la Rdc en charge des Affaires étrangères Thambwe Mwamba, que « toutes les questions en rapport avec les relations entre les deux pays ont été abordées », nul ne peut cependant affirmer que « l’affaire » concernant l’extradition de Fustin Munene et Udjani, écrit ce journal.

« Joseph Kabila-Denis Sassou : Des convergences parallèles », titre L’Avenir qui s’interroge : « La tempête s’est-elle apaisée entre Kinshasa et Brazzaville ? ». Cette question, dit ce journal, brûlait sur les lèvres de tous les Congolais. Avant de poursuivre : « A l’annonce de l’arrivée de Sassou Nguesso à Kinshasa, tout le monde s’est dit que cette question aura désormais réponse ».

Malheureusement, déplore ce journal, à l’issue de la visite éclair qui contraste avec la taille de la délégation venue de Brazzaville, soit 89 personnes, ministres, domestiques, journalistes et autres ouvriers compris, le communiqué final n’a pas répondu à cette question. On a en vain cherché à lire l’issue des entretiens sur le visage de deux présidents, mais en vain.

Impossible, affirme L’Avenir,  de savoir derrière cet air grave affiché par les deux présidents qui, en lieu et place de la cordialité, se sont montrés plutôt cérémonial. Les questions essentielles de sécurité ne se traitent pas dans un show médiatique. On ne s’attendait donc pas à en savoir plus sur les entretiens de vendredi 15 avril au Palais de la Nation entre Kabila et Sassou. Pour L’Avenir, « Compte tenu des événements qui se sont passés entre leurs deux pays, on ne s’attendait nullement à ce que cette rencontre de Kinshasa se déroule dans des éclats de rire ».

Kasaï occidental

En ce qui concerne la course vers le fauteuil  du Gouverneur du Kasaï occidental, le Palmarès titre : « Kananga : Elections du gouverneur ce lundi sous haute tension », à quelques heures de vote, les nerfs sont tendus  dans les milieux politiques et sociaux de la ville suite à la nouvelle interpellation samedi à Tshikapa, à plus ou mois 260 kilomètres de Kananga du député provincial Miaka Mia Bilenge. Ce dernier, précise le journal, est à la tête de la dissidence au sein de l’Assemblée provinciale du Kasaï Occidental.

Dans le même cadre de cet événement, Le Phare titre « Bagarre suspecte  autour du gouvernorat ». Il précise lui aussi que l’élection du gouverneur va avoir lieu ce lundi. Pendant que l’on attend de connaître l’identité du successeur de Trésor Kapuku, démissionnaire depuis le mois de février, il s’observe une agitation à Kananga. Celle-ci est due non au nombre éléphantesque des candidats -15 prétendants au total sur une ligne de départ- mais plutôt des personnes et personnalités sur la ligne de départ-mais qui n’ont rien à avoir avec la Commission électorale nationale indépendante  (Ceni).

Le Phare s’interroge par ailleurs : « Que cache la bagarre suspecte que se livrent, autour du gouvernorat du Kasaï Occidental, les parrains de différents candidats ? Qu’est ce qui ferait courir décideurs politiques et bailleurs de l’ombre, à 7 mois seulement  de la fin présumée du mandat de celui ou de celle qui va être appelé à occuper le fauteuil laissé vacant par Trésor Kapuku ? »

La Référence Plus titre : « Election du nouveau gouverneur au Kasaï: mission difficile pour la majorité présidentielle ». Sauf changement de dernière minute, écrit ce journal, c’est ce lundi que les députés provinciaux éliront le nouveau gouverneur du Kasaï occidental après la démission de Trésor Kapuku. A cette occasion, la majorité présidentielle a dépêché à Kananga une forte délégation composée notamment d’Evariste Boshab, président de l’Assemblée nationale, d’Adolphe Lumanu, vice-premier ministre et ministre de l’Intérieur et de Koyagialo, secrétaire exécutif de la MP. Tous sont mobilisés pour assurer la victoire du candidat de la majorité qui, à en croire le quotidien, serait Hubert Kabasubabu. Victoire qui n’est pas acquise vu les divisions au sein de la majorité dans l’assemblée provinciale du Kasaï occidental, selon ce quotidien.

Affaire Gassan

L’Observateur s’intéresse à l’expulsion de l’homme d’affaires libanais Gassan et titre : « Gassan :  » Si je me mets à parler, beaucoup de grosses têtes vont tomber « .

L’expulsion de l’homme d’affaires libanais Gassan de la République démocratique du Congo le jeudi 14 avril 2011 continue de défrayer la chronique et d’alimenter les conversations dans tous les milieux. Cela étant donné que cet homme d’affaires qui vit en RDC depuis plusieurs années figurait parmi les opérateurs économiques le plus en vue et les plus influents sur la scène politique et économique nationale, écrit ce journal. Dès l’annonce de son expulsion par les responsables de la Direction générale de migration (DGM), M. Gassan a affirmé qu’il s’agissait là « d’un règlement de compte savamment orchestré par un groupe de personnes qui ne jurent qu’à prendre sa tête » (sic).

Tout en reconnaissant de manière voilée qu’il a occupé, parfois de façon peu démocratique certains espaces publics tels que l’Athénée de la Gare et une partie du  jardin botanique de Kinshasa, M. Gassan a souligné que l’acquisition de ces terrains ne pouvait pas se faire sans l’autorisation et l’accord de certaines autorités politiques  et militaires congolaises, rapporte L’Observateur.

© CongoForum, le lundi 18 avril 2011

Written by kipraKongo

2011-04-18 à 11:02

Veuillez répondre. Merci.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :