kipra kongo [home]

Congo-Kinshasa | Congo RDC | Congo DRC | news | actualités | information | blog

2011.04.11

leave a comment »

La Revue de la Presse Congolaise de ce Lundi, 2011/04/11 | Par Congo Forum

Le soutien de certains membres du Mlc, à leur Sg François Muamba, après une motion d’un groupe d’autres membres de ce parti qui le désavouent; la réaction d’Etienne Tshisekedi président de l’UDPS face aux démarches de la Conférence électorale nationale indépendante (CENI) en vue des prochaines échéances électorales sont le sujets dominants de l’actualité congolaise ce jour. Au chapitre des faits divers, il faut relever un cas de brutalités policières à Mbuji Mayi et le danger croissant que représentent les accidents de la circulation à Kinshasa.

MLC

Les lecteurs de L’Avenir, journal fermement et inconditionnellement partisan de l’actuelle Majorité, auront été surpris d’y découvrir un article très favorable au MLC, sous le titre : « Mlc : l’heure de vérité : Les élus renouvellent leur confiance à F.Muamba », qui se résume ainsi « *Le régionalisme, l’esprit messianique, l’absence de débat démocratique et sincère, la léthargie face aux prochaines échéances électorale, au cœur du débat au Mlc *Tous les élus et cadres du Mlc sont invités à rejoindre le camp de la raison pour sauver le parti et l’aider à conserver sa place de la plus grande force de l’opposition ».

Il s’agit bien sûr de la tentative en cours pour surmonter les problèmes, spécifiques au MLC, liés à l’absence de JP Bemba.  « Depuis l’infortune de JP Bemba, cela est devenu un prétexte au blocage des activités du parti. Une certaine tendance dans ce parti, fuyant le débat démocratique, se réfugie derrière des considérations messianiques faisant du leader du Mlc, un Jésus qui serait mort et qui serait vivant et plus grave, qui agirait au quotidien. Le leader du Mlc a bien beaucoup de choses à faire que de s’occuper dans sa situation, au quotidien du parti. Ce serait une bonne manière d’installer la léthargie dans le parti. Les élus ont donc vu juste.

La meilleure façon d’être solidaire avec JP Bemba devrait être de maintenir la flamme qu’il a allumée dans son parti politique. Pour ce faire, il n’est pas important que l’on entretienne la vacance à la tête du parti au point d’en faire une idéologie. Ce qui ferait que quiconque oserait demander de pourvoir au remplacement du président, même en attendant, se voit accusé d’apostasie. L’opinion a même eu l’impression qu’un certain régionalisme élisait domicile au sein du Mlc mettant ainsi le secrétaire général en difficulté face à ceux qui pensent à tort que le Mlc est une question de la province de l’Équateur, parce que son leader serait originaire de cette province. Les liens au sein d’un vrai parti politique sont idéologiques avant tout.

Au point 2 du communiqué qui a été remis à la presse, les élus entendent prêcher par l’exemple en s’éloignant des tabous. Ils réaffirment les craintes exprimées dans le mémo. En effet, au moment où les élections s’approchent à pas de géant, il est étonnant que la plus grande force de l’opposition se trouve dans l’expectative, attendant subir les événements en lieu et place d’influer sur eux.

L’organisation du Congrès en vue de la désignation des candidats aux différents échelons, est une priorité qui ne devrait pas échapper à quiconque pense à la survie du Mlc. Il est bon de répéter sur les chaînes de télévision que JP Bemba en prison ou en liberté, vivant ou mort sera le candidat du Mlc, il faut que cela se dise au Congrès. Encore que JP Bemba ne va pas représenter le Mlc aux législatives, aux provinciales, aux municipales et aux locales. Il faut donc que le Congrès se tienne, mieux se prépare en vue de résoudre tous ces problèmes.

Au troisième point, les élus appellent tous les autres cadres du Mlc à prendre la mesure des enjeux et à s’inscrire dans cette démarche qu’ils jugent salvatrice pour le parti. Cet appel pathétique est une preuve de responsabilité. Ne pas en saisir la portée, c’est faire preuve d’irresponsabilité. Que peut-on faire, même si JP Bemba doit être libéré ce soir ou demain ? Est-ce un péché qu’il trouve le processus de la tenue du congrès en place ? On donne à l’opinion une curieuse impression qu’organiser le parti suivant ses textes fondateurs en l’absence de son leader empêché, serait un acte de trahison. On se demande si ce n’est pas le contraire qui serait de la trahison.

Nous le pensons. Personne n’est dupe. Il y a au parti certaines gens qui trouveraient un certain intérêt dans la loi de la jungle. Avec l’approche des élections, beaucoup attendent aller confectionner les listes à la Haye pour venir les imposer au reste des militants. Il y aura même des listes qui risquent d’être confectionnées dans les officines de Kinshasa pour être présentées comme la volonté de JP Bemba. Dans ces milieux, on est enclin aux fatwas et aux excommunications. On s’attendait à ce que, renversant tout, ces milieux réfractaires à l’ordre et au débat démocratique présentent la démarche des élus comme une dissidence ou une désolidarisation avec le leader du parti détenu à la Haye. Le dernier point du communiqué de presse doit leur couper l’herbe sous les pieds. En effet, les élus, tout en souhaitant la redynamisation du parti, réitèrent leur confiance au chef du parti, le sénateur JP Bemba et au secrétaire général, François Muamba.

Quiconque porte le Mlc dans son cœur plus que les intérêts égoïstes doit comprendre qu’il n’y a pas deux manières pour le Mlc de garder sa place de la deuxième force politique du pays et de la première force de l’opposition que de s’organiser en prévision de prochaines échéances électorales. A bon entendeur… »

(On peut bien sûr se poser des questions sur les raisons de ces propos positifs sur ce qui est, après tout, une tentative de sauvetage d’un parti de l’Opposition. Cela peut, d’ailleurs, être un simple geste de « fair play » de la part d’un journaliste  de la Majorité !

D’autre part, la Majorité peut, elle aussi, avoir fait ses petits calculs sur base du fameux « triangle nucléaire » et conclu qu’elle n’aurait pas intérêt à l’absence du MLC à l’élection présidentielle. Bien que toute voix soit bonne à prendre, l’Équateur, qui est le fief « naturel » du MLC, ne pèse pas très lourd dans un vote à l’échelle nationale, du fait de sa population assez faible. Mais parmi les personnalités MLC qui seraient des candidats possibles à assurer l’intérim, beaucoup sont des Kasaïens, élus à l’occasion de l’abstention de l’UDPS en 2006. Cela ferait donc des voix en moins pour Tshisekedi. NdlR).

«Le Mlc brûle à quelques mois des élections».  Selon Le Phare qui titre ainsi, Jean- Pierre Bemba règle ses comptes avec les « motionnaires » qui répondent par une réplique cinglante. Profitant de l’installation du parlement de la jeunesse du Mouvement de libération du Congo, à l’inter fédération de Kinshasa, quelques cadres du parti s’en sont pris ouvertement à leur Secrétaire général François Muamba qu’ils ont accusé de vouloir carrément remplacer leur leader, Jean- Pierre Bemba, toujours en incarcération à la Cpi.

«Des parlementaires du Mlc réitèrent leur soutien à JP Bemba et à François Muamba », titre pour sa part Le Potentiel. Réunis ce dimanche 10 avril, une frange des députés et sénateurs membres  de ce parti ont fait le point sur les revendications, contenues dans le mémorandum qu’ils ont adressé le 30 mars, à François Muamba ; notamment la convocation du congrès du Mlc, en vue de la désignation, tous le niveaux des candidats aux élections de 2011.

Élections

Au sujet de la réaction de président de l’UDPS sur les démarches actuelles de la Conférence électorale nationale indépendante (Ceni) en vue des prochaines échéances électorales, Le Palmarès titre:«Tshisekedi rejette le calendrier de la Ceni ». Pourtant, écrit ce journal, s’il n’a pas un trop grand amour pour Ngoy Mulunda, le Sphinx n’exprime pas de désamour vis-à-vis de l’actuel président de la Ceni à qui il évite de donner un chèque en blanc.

Pour le Sphinx, le retard accumulé à ce jour dans la constitution du fichier électoral est à imputer aux multiples carences et ces manquements sont capables de mettre en danger tout le processus en cours.

« Tshisekedi rejette déjà le calendrier de la Ceni ». Dans l’article ainsi intitulé, La Prospérité écrit : « Dans un document adressée à la Ceni, dans lequel il relève d’importantes observations en rapport avec le processus électoral, le lider maximo, salue la  méthodologie initiée par Ngoy Mulunda et ses pairs, laquelle établit un dialogue constructif avec les acteurs politiques majeurs dont l’Udps ».

Toutefois, Etienne Tshisekedi wa Mulumba constate que la Ceni accuse aujourd’hui de graves manquements sur plusieurs plans, notamment techniques et logistiques, budgétaires et politiques. Aussi affirme –t-il, ajoute La Prospérité, que le retard accumulé à ce jour dans la constitution du fichier électoral est la conséquence immédiate de cette carence qui met regrettablement, et peut être irrémédiablement, en danger  tout le processus en cours.  Pour Etienne Tshisekedi, le projet de calendrier sous examen présente le grand défaut.

Fait divers

Mr DOMINIQUE KAYIBUNDA, membre de l’UFDH-CADTM/Mbuji-Mayi  a été victime de violence accompagné des coups et blessures volontaires de la par d’un Officier de la Police Judiciaire  de la mairie de la ville de Mbuji-Mayi dans l’enceinte de la mairie de la ville de Mbujimayi. L’OPJ du nom d’Amisi, ivre bien qu’en service, a brutalisé  ce militant parce qu’il conseillait à une parente de régler un différent à l’amiable. Au vu et su de tous les services de la Mairie; le commissariat centre de la police, et autres services spécialisé de la mairie, ce monsieur n’a eu l’assistance de personne bien qu’il soit blessé et perde du sang abondamment.

Extrait de la plainte déposée contre Amisi auprès du PR de Mbuji-Mayi :

« Pour votre gouverne, en date du 06 avril 2011 aux environs de 15 heures 45’,nous nous sommes retrouvé à al Mairie de Mbuji-Mayi pour nous enquérir de l’arrestation par mandat d’amener de notre neveu du nom de Kalala Cileu accusé par sa belle-famille .  Les agents porteurs du mandat nous avait indiqué que c’est M. Amisi qui avait ce dossier en charge. A notre arrivée, nous ne l’avions pas trouvé à son office et avons attendu.

Quand il est venu, il s’est mis à recevoir la partie plaignante et il était de nouveau sorti. Pendant ce temps, nous avons profité de parler avec la belle-sœur de ce neveu qui représentait la partie plaignante dehors, entre le bureau du Maire et l’autre bâtiment administratif. En pleine discussion avec cette dernière, M. Amisi est venu s’interposer en menaçant puisque nous étions en train de chercher un arrangement à l’amiable de ce dossier familial.

Se trouvant en état d’ébriété prononcé, M. Amisi a intimé l’ordre à ses agents de nous arrêter et nous foutre au cachot. Devant cet ordre mal à propos, les agents ne se sont pas exécutés et il a jugé bon de nous tirer lui-même par le col de la chemise et commencer à nous rouer de coups jusque à nous blesser d’un coup de massue sur la tête. Il sied de noter que cette scène a duré près de quarante minutes en plein air devant une foule de gens : agents de différents services de la Mairie et même les forces de sécurité.

Tout le monde est resté spectateur et personne n’est intervenu pour calmer la fougue de notre bourreau jusqu’à ce que le sang a coulé. Nous n’avons point réagi pour nous défendre de crainte de nous rendre nous-mêmes justice. C’est quand les passants ont accouru pour dénoncer avec cris et désolation ,cet acte barbare de la part d’un préposé de justice que le Maire adjoint est sorti de son cabinet pour venir voir ce qui se passait .En nous interrogeant par la suite  en présence des responsables de la PNC, l’ANR Ville, les agents du Parquet nous ont conduit auprès de Madame Nelly qui s’est saisi de cette affaire aux alentours de 17 heures et nous a entendus.

Au sujet du énième accident mortel sur le Boulevard triomphal, «Un fou du volant sème la mort sur le boulevard du 30 juin : Bilan 4 morts dont le confrère Georges Kamujova de la radio onusienne et son frère aîné», titre Le Phare qui publie des photos sur ce triste événement.

Ce journal rapporte: « D’après le récit d’un agent de circulation routière, un véhicule de marque Toyota  Nissan conduit de vive allure par un sujet libanais a fini sa course sur une voiture taxi de marque Mazda. Tous les passagers y compris les conducteurs étaient mortellement atteints ». Et Le Phare de déplorer:« Plusieurs témoins ont révélé que pendant que l’on acheminait morts et blessés vers les centres médicaux, des inciviques en ont profité pour leur faire les poches. D’autres se sont jetés sur les voitures pour piller tout ce qui pouvait l’être».

© CongoForum, le lundi 11 avril 2011

Written by kipraKongo

2011-04-11 à 10:03

Veuillez répondre. Merci.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :