kipra kongo [home]

Congo-Kinshasa | Congo RDC | Congo DRC | news | actualités | information | blog

2011.03.28

leave a comment »

La Revue de la Presse Congolaise de ce Lundi, 2011/03/28 | Par Congo Forum

Les élections, avec un « conclave » de la CENI à L’shi, les informations sur un éventuel remaniement gouvernemental, l’élection du gouverneur du Kasaï Occidental, la reprise des activités à la Minière de Bakwnga sont les sujets dominants dans la presse congolaise de ce lundi.

Elections

Au sujet du conclave du bureau de la Ceni AfricaNews titre : « Consigne de  Kabila à Ngoy Mulunda ». La Ceni s’est enfermée à Lumbubashi, elle en sortira avec un nouvel agenda électoral plus consensuel, tenant compte des réalités actuelles et des difficultés du terrain.  Selon ce journal qui propose ce titre, malgré toutes les difficultés connues de tous,  Joseph Kabila tient encore à des élections dans les délais prévus. Comment pense-t-il s’y prendre pour y arriver ?, s’interroge ce journal qui répond : « Personne ne le sait encore ». Et AfricaNews d’ajouter : « Toujours est-il que, avec ou sans grands moyens, le président Kabila tient à ce que la Rdc ne rentre plus dans le cycle des négociations. Il faut prendre le plus bel élan et pour de bon ».

La Prospérité décrit fort bien où n en est actuellement quant au processus électoral :  « Chronogramme, calendrier, chemin critique, plan de travail, manuel de procédures administratives et financières et des questions relatives au budget en vue de réaliser les élections dans le délai constitutionnel, sont là des sujets discutés à l’atelier de planification des activités de la CENI dont les travaux ont démarré le vendredi dernier à Lubumbashi.

A en croire Daniel Ngoy Mulunda, c’est à l’issue de l’atelier de la capitale cuprifère que sera connu le nouveau calendrier électoral. Ayant reçu du Gouvernement Central un Budget additif de l’ordre de 5 millions $US et une contribution de 300.000$US du Gouverneur Moïse Katumbi, le Président de la CENI prend l’engagement d’acheter de nouveaux kits, avec lesquels il va ouvrir de nouveaux centres d’enrôlements des électeurs. Ce, avant de réaffirmer que les scrutins se tiendront dans le délai constitutionnel.

Toutefois, à exactement 7 mois des élections, les défis restent de taille. Il va falloir finaliser l’opération de révision du fichier électoral qui est une priorité des priorités car, elle servira de socle à la réalisation des élections ; les acquisitions diverses (kits électoraux, matériels, bulletins de vote, etc.) qui devront être faites à temps pour éviter d’aggraver le retard déjà accumulé par les opérations d’enrôlement ; la finalisation du cadre légal et réglementaire régissant le processus électoral et du calendrier électoral ; la confection des listes électorales à l’issue de l’opération de révision du fichier électoral ; l’enregistrement des candidatures et l’accréditation des témoins…

Et, la détermination, à elle seule, des animateurs de cette institution ne suffit pas. La Commission Electorale Nationale Indépendante, CENI, a ouvert, le vendredi 25 mars 2011, à Lubumbashi, les travaux de l’atelier de planification de ses activités, et donc du processus électoral.

Les échanges de la capitale cuprifère tournent autour des questions relatives au chronogramme, calendrier, chemin critique, plan de travail, manuel de procédures administratives et financières et des questions relatives au budget en vue de réaliser les élections dans le délai constitutionnel. La CENI, il convient de le rappeler, a hérité d’un calendrier élaboré par la CEI.

Ce calendrier, avait soutenu il y a peu le Président de la CENI, Daniel Ngoy Mulunda, sera revisité en tenant compte des contraintes techniques et des réalités de terrain. A l’en croire, c’est à l’issue de l’atelier de Lubumbashi que sera connu le nouveau calendrier électoral des élections prévues en novembre de l’année en cours et ce, avant de réaffirmer que les scrutins se tiendront dans le délai constitutionnel.

De la révision du fichier électoral, Daniel Ngoy Mulunda a soutenu que ce problème sera résolu parce que la CENI vient de recevoir du Gouvernement un Budget additif. ‘‘Aujourd’hui, le Gouvernement de la République vient de fournir un budget supplémentaire, en donnant les 5 millions de dollars américains pour nous permettre d’acheter de nouveaux kits. C’est par ces kits là que nous allons ouvrir de nouveaux centres d’enrôlements des électeurs’’, a fait savoir le Président de la CENI à l’ouverture de cet atelier de planification des activités.

Outre les 5 millions $US, le Gouverneur de la Province du Katanga, Moïse Katumbi Chapwe, a promis une contribution de 300.000 $US à la CENI. Celle-ci, ne cesse d’affirmer Daniel Ngoy Mulunda, est déterminée à augmenter le nombre des centres d’inscription à environ 30 % par rapport à ceux de 2005, et partant, atteindre environ 12.000 Centres d’inscription.

Ceci, soutient-il, aura pour effet bénéfique certain la réduction des distances et l’allégement de la souffrance des électeurs et donc du nombre des agents électoraux devant travailler dans ces nouveaux centres. C’est ce qui justifie l’acquisition de 3.000 nouveaux kits d’enrôlement en appui aux anciens kits dans les provinces du Katanga, du Kasaï Occidental et dans la ville province de Kinshasa.

Pour le Président de la CENI, il demeure nécessaire d’acquérir en sus environ 6.500 kits, soit par voie d’achat supplémentaire, soit par voie de location pour concrétiser cette option prise par le Bureau de la CENI d’augmenter de 30% le nombre des Centres d’inscription dans les provinces où la révision du fichier électoral est en voie d’être organisée.

A 7 mois des élections, les défis sont énormes 27 mars 2011- 27 novembre 2011, la RD-Congo est à 7 mois du rendez-vous électoral. Le délai constitutionnel tant prisé sera-t-il respecté ? Probable. Mais, les défis restent tout de même énormes. Et ce n’est Daniel Ngoy Mulunda qui va dire le contraire.

Déjà dans la semaine du 10 mars 2011, le Président de la CENI, intervenant dans un séminaire sur la sécurisation du processus électorale, avait relevé, un à un, les nombreux défis qui se dressent au-devant de lui, entre autres, la mise à disposition des ressources financières nécessaires à l’organisation des élections libres, démocratiques et transparentes :

‘‘Nous avons besoin d’argent et de beaucoup d’argent pour mener à bien les opérations électorales’’, avait-il reconnu ; la finalisation de l’opération de révision du fichier électoral qui est une priorité des priorités car, elle servira de socle à la réalisation des élections ; les acquisitions diverses (kits électoraux, matériels, bulletins de vote, etc.) qui devront être faites à temps pour éviter d’aggraver le retard déjà accumulé par les opérations d’enrôlement ; la finalisation du cadre légal et réglementaire régissant le processus électoral et du calendrier électoral ; l’élaboration de la cartographie électorale ; la confection des listes électorales à l’issue de l’opération de révision du fichier électoral ; l’enregistrement des candidatures et l’accréditation des témoins des partis politiques, des observateurs et journalistes nationaux et internationaux ; la sélection, le recrutement et la formation des agents électoraux qualifiés, la liste est longue.

Et la détermination, à elle seule, des animateurs de cette institution ne suffit pas. Le Gouvernement et les bayeurs internationaux devraient s’activer s’ils veulent que le Congo-Kinshasa organise des élections apaisées dans le délai. Mais en attendant, les jours avancent, et même très vite. »

(La CENI semble emprunter le seul chemin indiqué par le bon sens. Il reste 7 mois et huit provinces à « enrôler ». Le temps nécessaire pour en enrôler une est de trois mois. Il faut donc, si possible, se mettre au travail dans toutes les provinces à la fois ou, au strict minimum, dans quatre provinces à la fois. Aura-t-on les hommes, l’argent et le matériel voulu ? C’est là toute la question et elle ne dépend pas de la CENI, mais de celui qui tient les cordons de la bourse, c’est-à-dire de JKK.

Accessoirement, il serait temps que l’on se rende compte, en RDC, de ce que la CENI ne devrait pas imiter les partis politiques et ne se réveiller qu’à la veille d’une élection. Il faudrait qu’elle soit une structure permanente de tenue à jour des listes électorales. Car il n’y a pas que des élections programmées longtemps à l’avance. Il faut parfois en organiser d’urgence et dans un délai – fixé par la Constitution – très court. Exemples : le décès du Président de la République ou la dissolution de la Chambre. Il paraît évident que les rédacteurs congolais de la Constitution et sans doute surtout leurs conseillers européens, ont présupposé l’existence future d’un tel organe de mise à jour permanente, sans qu’on ait jamais pensé à le réaliser concrètement. NdlR)

Gouvernement

« Gouvernement : Muzito III arrive », annonce Le Potentiel. En effet, pour lui, le gouvernement Muzito II a vécu. Le décor est planté pour Muzito III avec cette particularité que tous les ministres chefs de partis politiques seront débarqués au profit de technocrates. Cela dans la perspective de prochaines élections.

Muzito III, ajoute notre confrère, c’est aussi la preuve que la mutation de l’AMP (Alliance de la majorité présidentielle) en MP (Majorité présidentielle) n’a pas eu raison des accords politiques signés en 2006 avec le Palu et l’Udemo. Le Potentiel parle d’un « impact mineur » de cette mutation.

« La nouvelle du réaménagement est commentée de diverses manières dans les officines politiques. Car, après l’annonce à partir de Kingakati de la mutation de l’AMP en MP, des analystes prédisaient déjà un départ imminent du gouvernement du Premier ministre, Adolphe Muzito.

A cet effet, ils s’appuyaient particulièrement sur le caractère obsolète de l’accord qui lie depuis 2006 le PALU à l’AMP, étant donné la disparition de cette plate-forme au profit de la MP.

Aussi, l’on s’interrogeait sur l’argument que pourrait brandir le PALU pour réclamer ses droits, notamment le poste de Premier ministre du moment que la structure signataire de l’accord a disparu au profit d’une nouvelle.

Sur le terrain, il semble que les choses ont évolué autrement. Ce qui paraissait comme un tsunami dans les rangs de la Majorité n’a finalement eu d’effet que dans le seul camp de l’AMP.

Si un vent impétueux souffle au sein de l’UDEMO, au point de rendre incertain l’accord de 2006, au PALU, par contre, les lignes n’ont pas bougé. Au PALU, la mue de l’AMP en MP est donc parue comme une  » cuisine interne « , sans impact réel sur les bases de l’accord de 2006. Sur papier, le maintien de Muzito n’est plus le point d’ancrage du débat. Dans la Majorité, le principe a été déjà levé, pour autant que le départ de l’actuel Premier ministre serait lourd de conséquence pour une coalition en pleine restructuration.

Lors de son dernier message, le SG du PALU, Antoine Gizenga, a revendiqué le rôle clé de son parti au prochain scrutin présidentiel. Décidément, s’il doit demeurer dans la Majorité, le PALU, à en croire Gizenga, ne peut accepter de faire de la figuration. Il entend jouer un rôle  » avant, pendant et après les élections « .

Comme l’AMP à Kingakati, le PALU se prépare aussi à sa propre restructuration pour une bonne gestion de ses ambitions aux prochaines élections – même si, jusque-là, il exclut un quelconque divorce avec son allié de l’AMP, sous son nouveau label de la MP.

Le maintien de Muzito est-il ce fusible pour entretenir le dialogue avec la MP ? N’est-ce pas une façon pour le chef de l’Etat de garder encore la porte ouverte pour une éventuelle revisitation de l’accord de 2006? wait and see.

Le décor étant désormais planté, c’est au président de la République qu’il revient la dernière partition pour le réaménagement du gouvernement ».

Selon Le Phare, en ce qui concerne les rapports de force Amp et ses partenaires, le cas Palu soulève souvent controverse. Pour certains, écrit-il, Antoine Gizenga et ses troupes n’auraient pas  pesé lourd dans la balance des résultats du second tour de l’élection présidentielle, comme ceux-ci le soutiennent. Pour d’autres, le Palu aurait été le partenaire décisif ayant permis au chef de l’Etat, d’évacuer, ou tout le moins de tempérer la grave fracture Est – Ouest constatée par tous au premier tour de la présidentielle 2006. Et Le Phare d’ajouter citant les observateurs:«Si le deal a déjà implosé laisse-t-on entendre, souhaiterait en être informé par les correspondances officielles de l’Amp encore chargées des affaires courantes ».

Kasaï

Sous le titre : « Boshab, mission difficile à Kananga », AfricaNews signale que l’élection du gouverneur du Kasaï Occidental est dans l’impasse. L’élection du successeur de Trésor Kapuku à la tête de la province du Kasaï Occidental est incertaine, après le dédoublement du bureau de l’Assemblée provinciale, celui-là même qui doit aider la nouvelle Commission électorale indépendante (CENI) dans sa préparation et matérialisation.

Face à Miaka Miabilenge, le speaker imposé et élu le 19 mars par les 29 sur 52 députés provinciaux qui siègent dans l’organe législatif provincial, Omer Mijimbu, le président du bureau déchu, n’entend pas se plier. Il n’a pas reconnu le résultat de l’élection qui a mis fin à son mandat.

Après l’appel à la réconciliation non suivi du vice-président de la CENI, Jacques Ndjoli, le speaker de l’Assemblée nationale et secrétaire général du PPRD Evariste Boshab est allé à la rescousse. Son premier appel en direction des frondeurs s’est soldé par un cuisant échec.

Pour sa part, Forum des As note, pour sa part, que « Evariste Boshab triomphe dans son terroir ». Samedi 26 mars 2011, le Secrétaire général du PPRD a mis le cap sur Kananga. Il y a été accueilli, à son arrivée à l’aéroport, par le Gouverneur intérimaire qui avait à ses côtés, la secrétaire générale adjointe du PPRD, Marie-Madeleine Mienze. Une foule importante des forces vives s’est aussi donnée rendez-vous pour ovationner leur digne frère qui arrivait ainsi à Kananga pour la première fois depuis qu’il est président de l’Assemblée nationale.

Majorité

Le Palmarès indique, qu’à quelques mois des élections, « Le PPRD est menacé de dissidence ! ». Le samedi 26 mars, le Secrétaire général du parti présidentiel a quitté Kinshasa toutes affaires cessantes pour aller tenter d’étouffer une « rébellion » au Kasaï Occidental. 29 députés PPRD n’obéissent plus aux ordres de la haute hiérarchie du parti, signale ce journal. Et de souligner que le plus inquiétant, c’est que leur dissidence détient des soutiens actifs à Kinshasa. Pour Le Palmarès, le Kasaï Occidental menace de devenir l’épicentre d’une déchirure interne au PPRD.

Le Phare s’intéresse à la situation dans la famille politique du Chef de l’Etat, suite à l’annonce de certaines mutations dans celle-ci. Il annonce : « Amp : le débat s’enflamme ». Alors qu’on le croyait clos, après que Kabila, « Autorité morale de l’Alliance de la Majorité présidentielle (AMP » ait mis les points sur les « I », le 16 mars 2011 dans sa ferme de Kingakati, sous les regards approbateurs de quelques chefs des partis, le débat s’enflamme de plus belle au sujet de la mutation de cette plate forme politique en Majorité présidentielle (MP) constate ce journal qui indique par ailleurs : «  La publication de la Charte appelée à régir la famille politique du Chef de l’Etat a jeté le trouble autant dans les rangs des partis affiliés jusque- là à l’Amp que dans ceux des entités autonomes », à savoir cite-t-il, le Palu(Parti Lumumbiste unifié) et l’Udemo (Union des Mobutistes démocrates).

MIBA

En ce qui concerne la reprise des activités à la Minière de Bakwnga, « Grâce aux 10.000.000 Usd du Chef de l’Etat, la Miba ressuscitée », affirme L‘Avenir qui fait état de 1.500 carats vendus pour 50.000 Usd. Pourtant, fait remarquer ce journal, lorsque le chef de l’Etat avait remis le chèque à l’ex- patronne de la Miba, personne ne donnait aucune chance à cette société rongée par plusieurs mois de grèves et des salaires imapyés. La vente publique, en présence du gouverneur du Kasaï Oriental, Ngoyi Kasanji et des autorités de la Miba de cette première production est une preuve tangible que les 10 millions de dollars US, gardés à la banque centrale du Congo (BCC) sont réellement dépensés et les résultats se font voir , soutient L’Avenir.

© CongoForum, le lundi 28 mars 2011

Written by kipraKongo

2011-04-01 à 12:00

Veuillez répondre. Merci.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :