kipra kongo [home]

Congo-Kinshasa | Congo RDC | Congo DRC | news | actualités | information | blog

Archive for the ‘News’ Category

L’Uranium Congolais au Centre du Conflit pour la Fabrication de la Première Bombe Atomique

leave a comment »

En 1939, le savant et physicien Albert Einstein signe une lettre envoyée au président américain Franklin D. Roosevelt avec deux recommandations: avertir contre le développement possible de la bombe atomique par le régime Nazi, et l’attention particulière à protéger l’uranium de la mine de Shinkolobwe, dans le Congo Belge. A l’époque, l’uranium de Shinkolobwe est le plus riche du monde, avec une moyenne de 65 pourcents d’oxyde d’uranium. Même après la chute d’Hitler en mai 1945, le gouvernement américain n’abandonne pas le projet dit ‘Manhattan Project‘ et œuvre à obtenir tout l’uranium congolais pour les USA seuls, tout en empêchant l’Allemagne de se l’approprier.

Lire la suite en anglais sur Newsweek.Com

congo-miner-looks-cobalt

2016.06.20 kipraCongo.wordPress.com | New York NY USA

La CIA en Afrique en Quatre Forfaits Choc

leave a comment »

Avec une longue histoire d’ingérence dans les affaires africaines, La CIA (Central Intelligence Agency) des USA est citée dans un rapport publié par tout le monde le dimanche dernier sur l’arrêt de Nelson Mandela. Pendant que cela choque mais arrive sans surprise, le blog retrace ces ingérences nuisibles depuis la période de la Guerre Froide, quand les USA et l’URSS se battaient pour le contrôle du continent africain.

CIA-Afrique-01 (2)

Les opérations sécrètes de la CIA sont difficiles à prouver une fois pour tout, si ce ne sont les recherches et les confessions des ex-employés qui révèlent l’influence, au mépris de la volonté du peuple africain, de la CIA dans plusieurs cas, dont les quatre exemples ici repris.

Assassinat de Lumumba au Congo en 1961

Devenu en 1960 le tout premier ministre du nouveau Congo indépendant, Patrice Lumumba n’a eu le temps d’exercer ses fonctions que pendant quelques mois avant qu’il ne soit renversé et assassiné en janvier 1961. La Belgique a fini en 2002 par admettre sa responsabilité dans le coup, mais les USA n’ont jamais expliqué le rôle de la CIA bien qu’il ait eu tant de faits qui corroborent.

Le président américain Dwight D Eisenhower, inquiet de l’influence du communisme soviétique, voulait à tout prix empêcher le Congo, à cause de sa superficie, ses richesses et sa position au coeur de l’Afrique, de suivre le même itinéraire que le Cuba, l’ennemi no. 1 dans les Antilles Occidentales (Caraïbes). Selon la source quottée dans le « Death in the Congo » (Qui A Tué Patrice Lumumba), le président Eisenhower avait donné un ordre d’assassiner Lumumba, avec la bénédiction du Conseil de Sécurité de l’ONU — qui n’avait d’ailleurs même pas débattu le sujet.

Bien que l’ordre n’ait jamais été finalisé — empoisonnement par dentifrice, les USA doivent être tenus responsables d’atteinte d’élimination et d’assassinat de Lumumba.

Renversement de Kwame Nkrumah au Ghana en 1965

En 1966 pendant qu’il était en visite diplomatique, le premier président ghanéen Kwame Nkrumah est renversé. Une théorie soutenue initialement par Nkrumah et plus tard confirmée en 1978 dans le livre « In Search of Enemies » de John Stockwell, un ex-agent de la CIA.

Comme Lumumba, Nkrumah est écarté selon une aubaine fortuite : porter atteinte aux intérêts de l’Occident comme n’importe quel autre leader noir rebelle de l’époque.

Opposition au parti MPLA en Angola dans les années 1970

La période d’après indépendance en 1975 était celle d’une compétition acharnée entre trois différents mouvements, avec le MPLA d’Agostinho Neto en position du plus fort à Luanda, la capitale du pays. Vu de Washington comme plus proche de l’Union Soviétique, le MPLA s’était retrouvé en guerre sans merci avec le FNLA et l’Unita de Savimbi, qui bénéficiaient de la gratuité calculée made in USA : formation, et livraison d’armes à main par les facilitateurs Zaïrois de l’époque.

Support à Hissène Habré au Tchad en 1982

Connu pour son échec dans un attentat de renversement de pouvoir en 1980 face au coup de main musclé de la Lybie de Mouammar Gaddafi au président tchadien de l’époque, Goukouni Oueddei, Hissène Habré est rentré plus tard dans l’action de son exile par la guerre secrète déclenchée par la CIA pour contrer l’alliance anti-USA entre la Lybie et le Tchad.

Ainsi dit, ainsi fait : les USA ont supporté Hissène Habré pendant le coup d’état et après le long de son règne brutal.

2016.05.18 kipraCongo.wordPress.com | New York NY USA

L’Union Européenne pour Kabila, les USA pour Katumbi

leave a comment »

51 ans et ancien gouverneur de la province du Katanga de 2007 à 2015, président très populaire de l’équipe de football (soccer) à succès national et continental, le TP Mazembe, et aujourd’hui une figure publicisée et exhortée au sein de trois mouvements de l’Opposition (le G7, le Collectif des Nationalistes, l’Alternance pour la République 2016), Moïse Katumbi a annoncé sa candidature pour l’élection présidentielle qui est censée avoir lieu à la fin de cette année. Une stratégie à raison ou à tort mais désormais de parfum anglo-saxon, affirmant son leadership au passé riche en mérites et le repositionnant comme le seul challenger à battre ou à abattre, le buzz même.

TshiMKVK-01

Pendant que le reste de l’Opposition, obsolète, semble préférer le temps à l’action, Katumbi se démarque tout en laissant une fenêtre ouverte pour l’opportunité de poursuivre les consultations en vue d’une candidature commune avec les autres têtes de série, notamment Kamerhe de l’UNC et Tshisekedi de l’UDPS.

Il est dit que Katumbi pose un grand danger pour le président Joseph Kabila. Juste après qu’il ait annoncé sa candidature, il est depuis devenu un objet d’intimidations, patrouilles policières et mandats. Le mercredi dernier, les autorités ont ouvert une enquête aux allégations selon lesquelles Katumbi, riche millionnaire de ses contrats auprès des compagnies minières, aurait recruté des mercenaires américains — une compagnie de sécurité non armée dont certains conseillers ont un profil militaire aux États Unis.

Ceci a coïncidé avec le séjour super busy à Kinshasa du ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders qui, envoyé par l’Union Européenne, et en plus de rappeler les éléments de moralité politique et de bonne conduite humaine à Boshab, Kalev Mutomb et Bisengimana, a ouvertement donné son support aux étapes du processus du plan de la CENI tel imposé par la majorité (dialogue, mise à jour du bulletin électoral, budget, etc.).

Aussi et en attendant, Reynders aurait conseillé la majorité gouvernante à trouver une ‘loyauté’ qui serait capable de succéder à Kabila. Il est cité deux noms : Aubin Minaku, Matata Mponyo.

Bref, une diplomatie pro-Kabila et de continuité qui semble ne pas aller de pair avec les recommandations américaines, plus en faveur de l’alternance et du prescrit constitutionnel sur le déroulement des élections dans les délais prévus.

La continuité ou l’alternance, les deux cotés se partagent le pion commun du match : Moïse Katumbi. Et les aboiements et le bruit fait par les caravanes qui passent ne sont qu’une stratégie à remettre l’ordre, si ce n’est pas distraire, et éventuellement consolider les positions prises. Les européens espèrent recueillir le mea culpa formel et la reconversion à tout prix de Katumbi, la personne estimée idéale pour pouvoir continuer avec le partenariat et la gouvernance de tutelle imposés à Kabila.

Le climat politique est très tendu depuis des mois en RDC en raison de l’incertitude liée au très probable report de l’élection présidentielle. Kabila, au pouvoir depuis 2001, suivant l’assassinat de Kabila père et l’avènement de deux dernières élections, se heurte à la réalité de la durée limite qui expire cette année, même s’il n’a pas toujours pas indiqué l’intention de partir. Aux termes de la Constitution, il n’a pas le droit de se représenter. Il est sûrement tenté par la nouvelle culture du bricolage de la durée limite que les autres présidents africains expérimentent mais qui finit par plonger les pays dans le noir !

Si Kabila essaie de s’accrocher au pouvoir par la force, la peur d’une autre phase sanglante se ressent plus proche et de la même ampleur que celle issue de longues années de guerre à l’est du pays.

2016.05.09 kipraCongo.wordPress.com | New York NY USA

Kabila : Weekend d’Enfer !

leave a comment »

Un malheur en appelle un autre. Cela est pourtant vrai pour le gouvernement au pouvoir qui n’aimerait pas être victime de toute déveine, capable de mettre en danger sa survie. La faute à l’approche que l’on s’imagine pour gouverner et se maintenir ! Des malheurs qui surfacent et persistent avec, d’abord, les excuses de la violence dans l’est du pays, puis le casse-tête incessant du processus électoral que l’on se prescrit les yeux fermés. Et il y a ce qui est de plus grave : une mauvaise économie.

Avant de continuer, un petite observation sur l’Opposition. Il me semble que les opposants de Kabila sont tous plus préoccupés par le calendrier électoral — la voie pour accéder au pouvoir et de se faire demain le refrain de ce qu’on reproche aujourd’hui — que par une vision de rupture, les lois et reformes qui vont aider à changer pour le mieux les réalités économiques et sociales, etc. Et la population, moins émancipée et cultivée, s’y montre moins exigeante !

0007598-R01-033-15

En premier, la mauvaise nouvelle est l’économie. Le statut d’un des pays les plus pauvres du monde est plus que confirmé par les données publiées par la Banque Mondiale (World Bank). La croissance économique a décliné de 71 à 60 % entre 2005 et 2012, bien qu’il y a eu un effort mérité du 1er ministre Matata Ponyo de maintenir l’inflation proche de zéro et les taux de croissance parmi les dix premiers dans le monde. L’économie a atteint un tel point de drame que l’année dernière le gouvernement a connu un déficit budgétaire de 200 millions $US, soit à peu près 3 % du revenu national. Pour conséquences, nous avons la dévaluation du franc à 965 pour 1 $US, la famine généralisée au risque d’un repas tous les deux jours, le rabais des salaires des hauts fonctionnaires, et l’indifférence au niveau des aides internationales à cause du rajout des problèmes et du manque de garantie sur la stabilité.

Le deuxième malheur qu’on semble s’infliger est la toute dernière nouvelle qui annonce la prise au sérieux par l’Opposition du respect du calendrier électoral et de la Constitution. Plusieurs rassemblements pacifiques de l’Opposition sont prévus ce weekend à Kinshasa et à Lubumbashi, dans un climat politique qui va mesurer le taux de leadership et tester la capacité de mobiliser par chaque parti ou alliance — la Dynamique (MLC, UNC, Ecidé, Fonus, et autres), le G7 (Moïse Katumbi). Au programme de ces mobilisations, revendiquer : la tenue des élections dans le délai constitutionnel, la volonté d’alternance au pouvoir à la fin 2016, et le refus d’un dialogue qui n’aurait d’autre objectif que de maintenir le président Joseph Kabila au pouvoir au-delà de 2016.

Lire la suite…
Français : AfrikArabia
English : Congo Siasa

2016.04.22 kipraCongo.wordPress.com | New York NY USA

Pourquoi la RDC voulait se payer un discours de Clinton pour plus d’un demi-million $US ?

leave a comment »

650 000 $US pour deux photos et un discours de moins d’une heure, voilà ce que la RDC, un des pays les plus misérables du monde, voulait donner à Bill Clinton, l’ancien président américain ! Une somme qui égale le revenu annuel per capita d’à peu près 3 000 congolais. Pour gagner quoi au retour ?

Bill-and-Hillary-03

Dans un contrat négocié en 2012 par Foggy Bottom, les organisateurs voulaient un discours et… plus d’une photo de Clinton avec chaque leader de la RDC et du Congo-Brazza; le coût horaire à se partager entre les deux pays, bien attendu. Ce qui n’aurait toujours pas justifié ce gaspillage du cash, un click numérique et une lecture promptée ! Quoi d’autre la RDC en aurait bénéficié ?

Ayant attiré moins d’attention jusque-là, la révélation de cette offre extraordinaire a été avant tout rendue publique suite à la publication, le mois d’août dernier, d’un lot d’emails de Hillary Clinton. Ajouter à cela le récent scandale de « Panama Papers« , on a plus de lumière sur cette histoire de discours aussi bien que sur les bavures et corruptions des dirigeants congolais.

Quand il a été annoncé le deal, les 650 000 $US auraient été encaissés pour le compte de l’ong Fondation Clinton et auraient servi à l’amélioration des conditions humaines (santé, école, etc.). Cela dit et compris, oui, mais il n’est toujours pas clair ce que les dirigeants congolais voulaient gagner de cette contribution — qui aurait été puisée de poche des pauvres contribuables.

Tout a été donc négocié et planifié, sauf que Clinton ne s’est jamais pointé au rendez-vous ! Pourtant il persiste le problème de savoir pourquoi le président Kabila y a tant tenu. Deux possibilités susceptibles, entre autres : (1) vouloir des USA la permission d’ignorer ce que dit la Constitution et le laisser au pouvoir au-delà du nombre limite de deux mandats, et (2) vouloir protéger ses avoirs à l’étranger des enquêtes internationales.

Lire la suite en anglais sur Forbes.com

2016.04.19 kipraCongo.wordPress.com | New York NY USA

Visiter l’étoile la plus proche de notre système solaire

leave a comment »

« Ce quoi l’unicité des êtres humains ? Je pense ce qui fait de nous des êtres uniques c’est nous surpasser les limites. » Dr Hawking dit, avant d’ajouter : « On s’engage dans un prochain saut géant dans le cosmos, puisque nous sommes des humains et notre nature est d’aller plus loin« .

Cela vaut le coup de tenter !  Du risque aussi, car qui ne risque rien n’a rien, même lorsque l’affectation des ressources et le résultat espéré ne justifiaient pas le casse-tête. C’est ce que pense Silicon Valley. Pour essayer de sauter par-dessus l’ensemble espace et temps et atteindre là où la technologie moderne et actuelle trouve ses limites, un poignet d’hommes de science et autres sommités, mené par le cosmologue britannique Stephen Hawking, l’entrepreneur russe Yuri Milner et l’américain Mark Zuckerberg de Facebook, a présenté mardi 12 avril, à New York, une première simulation du projet appelé « Breakthrough Starshot« , qui vise à envoyer des robots minuscules de la taille d’un smartphone vers Alpha Centauri, la plus proche étoile de notre système solaire.

Lire la suite

AlphaCentauri-01

2016.04.13 kipraCongo.wordPress.com | New York NY USA

KABILA et la stratégie du ‘glissement’ pour se maintenir au pouvoir

leave a comment »

Pendant que les jours du calendrier électoral sont comptés et passent vite, la mauvaise foi de Kabila devient chose égale à sa stratégie du glissement pour se maintenir au pouvoir : se glisser vers un troisième mandat sans risquer un revers politique pour tripotage de la Constitution. Ainsi dit, Kabila s’en irait à saper la démocratie, ébranler les règles et valeurs telles établies par la Loi, aliéner les bailleurs et partenaires occidentaux, et trivialiser l’instabilité politique dans ce géant pays africain en état perpétuel de souffrance.

Continuer la lecture

TANZANIA-POLITICS-SWEARING-IN

2016.04.10 kipraCongo.wordPress.com | New York NY USA.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 105 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :