kipra kongo [home]

Congo-Kinshasa | Congo RDC | Congo DRC | news | actualités | information | blog

CONGO M’A TUER

with one comment

(Avec un « r », comme dans « Sarko m’a tuer », récemment publié en France)
Dans l’intimité de mon séjour de 2 semaines au Congo (qui m’a tué ou presque !)

(Nerveux moi ? Peut-être, stressé le plus ! Mais pas disposé à encaisser les engueulades et complaintes de vous autres qui n’allez pas partager ces réalités avec moi. WordPress n’est pas mon éditeur, donc il est estimé que personne n’a le droit moral et intellectuel de me sanctionner dans ce texte intime, dans cette frustration humaine et civique issue d’une vie sans vie, sans lendemain, sans évolution, sans aspiration, sans esprit. De la vie congolaise, je parle ! Envie de crier, voire pleurer comme un lâche, tout défaire, dénier et me dénier !)

Il y a exactement 18 jours de cela que je venais de rentrer du Congo, après y avoir passé 2 semaines. Un court séjour qui m’a amené jusqu’à Kisangani, ville incarnant à la perfection et à la fois des images d’Afrique connues d’Occident et de l’indifférence du système gouvernemental congolais, africain, noir.

Cela remonte en 1984, quand j’en suis parti, et jamais plus y suis reparti. 27 ans après, vue de mes yeux dilatés de nostalgie et amertume, Kisangani ressemblerait à une ville avant tout touchée par la guerre, puis évacuée, abandonnée, ensuite ré-habitée. D’où un paysage pittoresquement déplaisant, caractérisé d’une population qui figure plus qu’elle n’apparaisse, des infrastructures, le peu qu’il y a, vieillies et en gravas ! Seule route demi-moderne relie Bangboka, l’aéroport, à Makiso, le centre-ville (downtown). Comment peut-on en arriver là ? Comment peut-on laisser à volonté se dégrader jusqu’à ce niveau proche du chao une ville dans laquelle les gens conscients, équilibrés, intelligents et humains vivent comme survivent ?

Kinshasa (et son Boulevard du 30 Juin) n’est pas le Congo ou presque tout le Congo ! L’exécution d’un programme national (5 chantiers ?) et des lois qui le soutiennent ne se limiterait pas seulement au niveau d’un seul village jugé stratégique par le pouvoir en cours et motivé à gagner les voix électorales. C’en est là une des expressions d’une mentalité devenue culture et identité nationale que rien de juste et de mieux ne s’est pointé jusque-là à l’horizon pour remplacer.

Une mentalité que l’on identifierait de virus car non seulement le foyer congolais s’en inocule, mais aussi le virus est activement dépisté au travers de :
(a) l’ignorance et le calme inquiétants qu’affiche tout un peuple, (b) le manque de discipline pour suivre les instructions et persévérer, (c) l’absence de créativité pour prendre des initiatives même les plus rudimentaires, (d) le manque de volonté pour pouvoir travailler et prendre de la peine, (e) l’incompétence non-admise et l’absence d’état d’âme des leaders, (f) la corruption institutionnalisée qui, entre autres, décrédibilise la légitimité politique et dégrade la visibilité économique, (g) le non-respect des droits humains, (h) le refus d’apprendre et d’assimiler les tendances démocratiques et de productivité telles trivialisées dans le monde civilisé et développé, etc.

Mieux il n’y a pas, plus mentalité faisant défaut, tout le monde pense à faire ce qui est communément appelé « commerce », ou être dans l’immobilier et faire construire les flats, ou mieux selon, être assez veinard et travailler dans le gouvernement (partis politiques inclus). Une mentalité individualiste et dont l’économie du pays ne se nourrisse nullement, car chacun, du privé au gouvernement, ne travaille que pour sa survie (et de plus proches). Les nommés et positionnés s’empressent à vider la caisse et cela avant qu’on ne les remplace par décrets ou par changement d’humeur !

Pire est que les compatriotes rentrés d’ailleurs (Europe, Amérique, Asie), avec diplômes monophasés jusqu’à triphasés, mais sans expertises professionnelles, une fois réactivés au pays, au lieu de motiver et de servir de bons échantillons, mais enfoncent au max la bite en adoptant la même mentalité de laisser-aller, trafic d’influence, discours redondants, paresse, corruption, polygamie, congolisme !

Une mentalité primitive et négative qui détruit, de fois frimant de mafia, faisant victimes même parmi ceux-là qui en perpètrent la logique. Une mentalité qui, comme la vie dans un dégoût où échoueraient les plus minables des minables, ne prompte personne à s’en réveiller et donc à militer pour la rupture.

Dire aussi, bien, notre Congo c’est pas demain le Brésil, et jamais la Chine. Surtout quand on se réfère aux discours de nos politiciens, opportunistes ou aventuriers. Discours, lois et reformes seuls ne peuvent développer un pays. En plus de la compétence, volonté, discipline et intégrité, il y a n’est-ce pas besoin de créativité… besoin d’intégrer les programmes votés et approuvés avec divers services et solutions, dont les technologies modernes et émergentes, l’informatique, etc.

C’est facile de rêver, aussi raconter n’importe quoi pour galvaniser les foules ou s’attirer le vedettariat politique. Mais que l’on pense aussi à définir et appliquer les paramètres qui vont rassembler et mobiliser les forces pour agir, rompre avec la mentalité résiliente, encore travailler et prendre de la peine, et essayer de répondre concrètement aux questions évoquant l’aspiration d’un pays riche en potentiels humains et naturels.

© 2011/10/19 Kipela Rashidi, dit KIPRA | New York, NY

Written by kipra

2011-10-19 à 14:28

Publié dans Comments, Dossiers, Opinions

Une Réponse

Subscribe to comments with RSS.

  1. C’est très bien analysé, la RDC est bien cela malheureusement…

    J'aime

    Fernanda Sousa

    2011-11-11 at 13:14


Veuillez répondre. Merci.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :