kipra kongo [home]

Congo-Kinshasa | Congo RDC | Congo DRC | news | actualités | information | blog

Le Soir mis en demeure !

leave a comment »

Affaire Tungulu : Colette Braeckman mise en demeure !

De : Jacob Denyse
Date : 15 octobre 2010 10:32
Objet : Mise en demeure au journal Le Soir concernant l’article de Colette Braeckman
À : Beatrice.Delvaux@lesoir.be, Mireille.salkin@lesoir.be, info@ajp.be, info@journalist.be, info@deontologiejournalistique.be, info@rvdj.be
Cc : marc.chamut@ajp.be, martine.simonis@ajp.be, jfdumont@ajp.be, stephanie.regibeau@ajp.be, france.sandront@ajp.be, vvj@journalist.be, pol.deltour@journalist.be, ivan.declercq@journalist.be, lisbeth.moons@journalist.be, marleen.sluydts@journalist.be, marc.vandelooverbosch@vrt.be, hubert.van.humbeeck@knack.be, frans.wauters@pandora.be, lstandaert@concentra.be, Danny.vileyn@bdw.be, linda.dewin@vrt.be, william.laenen@vrt.be, herwin.heyman@pandora.be, fem@belga.be, denise.van.den.broeck@pandora.be, newscasters@skynet.be, marc.goossens.persbureau@skynet.be, africanews.01@gmail.com

A l’attention de Madame Béatrice Delvaux, Rédactrice en chef du journal Le Soir

Copie à l’Association des journalistes professionnels (AJP)
Copie au Conseil de déontologie journalistique (CDJ)
Copie au Vlaamse vereniging van journalisten (VVJ)
Copie au Raad voor de Journalistiek (RVJ)
Copie à la Presse belge et internationale

Concerne :
Demande au journal Le Soir de condamner le modèle rwandais suite à l’article du 4 octobre 2010 concernant le décès d’Armand Tungulu – http://blogs.lesoir.be/colette-braeckman/2010/10/04/659

« Au vu de cette nouvelle mort, hélas non suspecte, on ne peut qu’avancer trois conclusions: la campagne électorale précédant les élections de 2011 a déjà commencé, elle sera dure et aura plusieurs facettes, dont les attaques directes contre Kabila, la remise en cause de ses origines (thème connu) la contestation de son action, et surtout la provocation. Sur ce terrain là, l’opposition jouera sur du velours: les services de sécurité sont nerveux, répondent brutalement à la moindre provocation; les pousse au crime ont un boulevard devant eux… Mais on peut aussi se demander si le pouvoir n’est pas séduit par le “modèle rwandais”, qui fait déjà école au Burundi: développer le pays, essayer de le faire avancer à tout va, multiplier les contrats, restaurer, autant que faire se peut, l’autorité de l’Etat et en même temps serrer la vis à l’opposition, se montrer intolérant face à la contestation et… ne pas craindre de tuer, plus pour l’exemple et la dissuasion que par goût de la répression… »

Les journalistes belges s’empoignent à propos du Congo – http://www.afriqueredaction.com/article-les-journalistes-belges-s-empoignent-a-propos-du-congo-47069364.html :

« … si un journaliste, qu’il s’appelle Braeckman ou Tartempion, avait l’occasion de parler avec Kabila, ou avec un autre acteur important du théâtre politique congolais, et ratait cette occasion, il commettrait une faute professionnelle. Les problèmes commencent quand  pour avoir ce genre d’entrevue, on accepte de ne rendre audible, dans ce qu’on écrit, qu’un seul son de cloche. Et c’est bien sûr plus grave, quand ce son est celui du pouvoir ».

La lecture braeckamienne de la mort de Tungulu et la fin de la pensée unique –http://www.congoforum.be/fr/analysedetail.asp?id=171237&analyse=selected :

Madame la Rédactrice en chef,

Comme vous le savez probablement, votre journaliste Colette Braeckman a déjà été rappelée à l’ordre par ses collègues le 20 mars 2010 : « Les journalistes belges s’empoignent à propos du Congo ».

Elle vient de publier sur son blog un article concernant le « décès » d’Armand Tungulu extrêmement controversé, tant dans la communauté congolaise que dans les medias et parmi les citoyens lambda.

Bernard Desgagné lui a demandé hier « … de dissiper tout malentendu en précisant que vous vous dissociez entièrement des méthodes de Paul Kagame et de ses brutes récemment incriminées par l’ONU pour leurs actes immondes en RDC, de 1993 à 2003 (et susceptibles d’être incriminées pour beaucoup plus encore). Sinon, de nombreuses personnes seront portées à croire que c’est l’inverse et que vous préconisez le recours aux méthodes de Paul Kagame, auquel cas je comprendrai tout à fait qu’elles vous incluent parmi ses complices et ceux de sa marionnette Kabila ». (Voir ci-dessous).

Le blog colette-braeckman étant hébergé par http://blogs.lesoir.be, pouvez-vous clarifier si le journal Le Soir est solidaire du contenu des articles de Braeckman sur son blog ?

Si oui, pouvez-vous préciser si Le Soir se dissocie ou s’il encense les méthodes du régime de Paul Kagame ? Si non, pouvez-vous demander à Colette Braeckman de répondre à Bernard Desgagné ?

Une absence de réaction de votre part et/ou de Colette Braeckman dans un délai raisonnable d’une semaine devra être interprétée comme le fait que Le Soir :
– est solidaire du contenu des articles de Braeckman sur son blog,
– ne condamne pas les méthodes du régime de Paul Kagame.

Dans l’attente de votre réponse, je vous prie d’agréer, Madame, mes salutations.

Denyse Jacob

———- Message transféré ———-
De : Bernard Desgagné <bernarddesgagne@me.com>
Date : 14 octobre 2010 11:52:45
À : colettebraeckman@lesoir.be
Cc : José Fontaine <jose.fontaine@skynet.be>
CCi : 191 adresses de journalistes et de médias au Québec et en Europe
Objet : Madame Braeckman, une précision je vous prie

Madame,

Ayant pris connaissance de votre article du 4 octobre 2010 concernant le décès d’Armand Tungulu Mudiandambu, un opposant congolais qui a probablement été assassiné par ses gardiens, en prison, je vous demande, pour éviter toute confusion, de préciser votre pensée. Vous écrivez ceci:

« Mais on peut aussi se demander si le pouvoir [de Joseph Kabila] n’est pas séduit par le “modèle rwandais”, qui fait déjà école au Burundi: développer le pays, essayer de le faire avancer à tout va, multiplier les contrats, restaurer, autant que faire se peut, l’autorité de l’Etat et en même temps serrer la vis à l’opposition, se montrer intolérant face à la contestation et… ne pas craindre de tuer, plus pour l’exemple et la dissuasion que par goût de la répression… »

Vous voulez sans doute dire que le «modèle rwandais» est mauvais, n’est-ce pas? Vous l’appelez «modèle» par ironie. Vous voulez dire par là le «mauvais exemple rwandais», puisque ce pays n’a rien d’une démocratie et abrite quelques-uns des pires assassins de l’histoire de l’humanité, qui viennent tout juste, aujourd’hui même, d’arrêter Victoire Ingabire une nouvelle fois, après des mois de harcèlement.

Je vous demande de dissiper tout malentendu en précisant que vous vous dissociez entièrement des méthodes de Paul Kagame et de ses brutes récemment incriminées par l’ONU pour leurs actes immondes en RDC, de 1993 à 2003 (et susceptibles d’être incriminées pour beaucoup plus encore). Sinon, de nombreuses personnes seront portées à croire que c’est l’inverse et que vous préconisez le recours aux méthodes de Paul Kagame, auquel cas je comprendrai tout à fait qu’elles vous incluent parmi ses complices et ceux de sa marionnette Kabila.

Bernard Desgagné
273, boulevard des Trembles
Gatineau, Québec   J9A 1Z6
Téléphone: 819 931-1520

c. c. Médias du Québec et d’Europe

———- Message transféré ———-
De : Jacob Denyse
Date : 14 octobre 2010 16:45
Objet : Nous vous écoutons, Madame Braeckman, nous vous écoutons … au sujet de la fin de la pensée unique
À : colette.braeckman@lesoir.be
Cc : Marie-France.Cros@lalibre.be, guydeboeck@gmail.com, laredaction@afriqueredaction.com, journaliste-editorialiste@afriqueredaction.com, rogerbongos@afriqueredaction.com, africanews.01@gmail.com, Beatrice.Delvaux@lesoir.be, Mireille.salkin@lesoir.be, lalibre@saipm.com, dh.redaction@dh.be, dh.monde@saipm.com, llb.etranger@saipm.com, debats@lecho.be, multimedia.dh@saipm.com, levif@levif.be, hoofdredacteur@tijd.be, opinie@tijd.be, gvabuitenland@concentra.be, dm.redactie@demorgen.be, buitenland@standaard.be, redactie@hln.be .
Concerne : De l’indépendance et de l’esprit critique de Colette Braeckman – la fin de la pensée unique

Madame Braeckman (le Soir),

Avez-vous bien reçu mon analyse ci-dessous concernant votre dernier papier ?
Un journaliste suisse m’ayant amenée à la clarifier et étant surprise de ne pas recevoir de réponse de votre part, je la communique ci-dessous aux membres de la Presse.
Nous vous écoutons, Madame Braeckman, nous vous écoutons.

Denyse Jacob

———- Message transféré ———-
De : Jacob Denyse <jacob.denyse@gmail.com>
Date : 14 octobre 2010 00:03
Objet : Au sujet de l’esprit critique et l’indépendance de Braeckman

À : jmpauchard@lexpress.ch
Cc : colette.braeckman@lesoir.be, Marie-France.Cros@lalibre.be, guydeboeck@gmail.com, laredaction@afriqueredaction.com, journaliste-editorialiste@afriqueredaction.com, rogerbongos@afriqueredaction.com, africanews.01@gmail.com, Beatrice.Delvaux@lesoir.be, Mireille.salkin@lesoir.be

Monsieur,

Votre analyse est pertinente et je ne puis qu’y adhérer : dire qu’un gouvernement pourrait aller jusqu’à tuer dans un but de « dissuasion » ne constitue pas un encouragement à ce gouvernement.

Mais replacée dans son contexte, cette affirmation a d’autres dimensions.

Au-delà de l’approche élémentaire « Tous ceux qui ne sont pas avec moi sont contre moi, et tous ceux qui sont contre moi sont des criminels » et de « la relation entre le Congo démocratique et son ex-colonisateur » que vous évoquez à juste titre, il y en a une plus discrète qui doit retenir notre attention car elle oppose des journalistes belges experts du Congo-Zaire : l’esprit critique et l’indépendance.

Il se trouve que nombreux sont les journalistes belges, sans parler des « anciens du Zaire », qui reprochent à la journaliste Braeckman un manque d’esprit critique et d’indépendance.

Ses collègues l’ont d’ailleurs rappelée à l’ordre le 20 mars 2010 : « les journalistes belges s’empoignent à propos du Congo » (http://www.afriqueredaction.com/article-les-journalistes-belges-s-empoignent-a-propos-du-congo-47069364.html).

En résumé, Walter Zinzen résume cette problématique en une seule question : « Où est passé dans tout cela l’esprit critique, quand il s’agit de ton Kabila adoré ? ».

Guy De Boeck aborde pout sa part ce reproche fait à Braeckman comme suit : « Dans presque toutes les professions, il existe des règles dont le but est de permettre à tous ceux qui en vivent de cohabiter harmonieusement en « bons confrères ». Ainsi, dans la presse, les journalistes essaient de faire aussi bon ménage que possible et d’avoir une attitude confraternelle, même lorsqu’ils travaillent pour des journaux dont les idéologies ou les intérêts sont opposés. Lorsqu’attaque ou polémique il y a, on vise la feuille adverse, plutôt que le confrère, pris individuellement. Cela étant, lorsque le contraire se produit, que quelqu’un déroge à cette règle, on doit considérer que quelque chose de grave, ou du moins d’exceptionnel, est en train de se passer ».

Et c’est exactement ce qui se passe pour Mme Braeckman depuis des mois : la problématique qui l’affecte n’est pas seulement celle de l’interprétation de lecteurs lambda, que vous soulevez, mais aussi celle d’experts du sérail …

Dans ce contexte, et en regard de la répression sans précédent de Kabila depuis des années contre tous ceux qui ne sont pas avec lui, les propos de Braeckman créent inévitablement une virulente polémique.

En ce qui me concerne, et après lecture de dizaine de rapports traitant de la dictature de Kabila (dont le rapport HRW « On va vous écraser » – http://www.hrw.org/fr/reports/2008/11/25/va-vous-craser-0), je suis choquée que Braeckman avance le modèle rwandais consistant à « essayer de le faire avancer à tout va …, se montrer intolérant face à la contestation et… ne pas craindre de tuer, plus pour l’exemple et la dissuasion que par goût de la répression ».

Depuis quand utilise-t-on le meurtre pendant des années comme arme de dissuasion ? Un régime peut éventuellement avoir recours, de manière limitée dans le temps et avec de la retenue, à l’usage de la force pour faire face à une situation d’exception afin de rétablir son autorité. Mais comment l’appeler si c’est le cas pendant des années ?

Je laisserai le mot de la fin à Guy De Boeck : « Une autre hypothèse est possible. Les Américains appellent la presse « le 4° pouvoir ». Le pouvoir a ses ivresses et l’on peut être tenté, parfois, non de relater l’actualité, mais de la faire ».

Lorsque l’on sait que le nombre de victimes de cette dictature se compte en milliers, je ne peux m’interdire de penser que les propos de Braeckman sont criminels et je recommande vivement « La lecture braeckamienne de la mort de Tungulu et la fin de la pensée unique » : http://www.congoforum.be/fr/analysedetail.asp?id=171237&analyse=selected

Bien à vous,

Denyse Jacob

 

Written by kipraKongo

2010-10-15 à 14:10

Veuillez répondre. Merci.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :